COMMUNIQUE

Par décret n°2014-107 du 27 février 2014, le Conseil des ministres de la République de Madagascar a nommé le nouveau Directeur Général de l’Aviation Civile de Madagascar.

Ainsi Monsieur James Andrianalisoa succède à Monsieur Jean Robert Razafy. La passation s’est- déroulée dans la fraternité au siège de l’Aviation Civile de Madagascar le 06 mars 2014 en présence du personnel de l’ACM, des ministres de tutelle (Transport, Finances), du ministre de la Sécurité Publique, du Secrétaire d’Etat à la Gendarmerie et de la Présidence de la République qui a été représentée par son Secrétaire Général et son Directeur de Cabinet.

Monsieur James Andrianalisoa est ingénieur de formation et également diplômé en économie du transport aérien. Après un passage, à sa sortie d’école, chez le constructeur automobile Renault où il exerça comme ingénieur aérodynamicien, il rejoignit Air Madagascar en 1981. Il y resta 21 ans et y occupa plusieurs positions de haut niveau. Il était Directeur Général au moment de son départ de la Société en 2002.Il rejoignit plus tard l’IATA et fut responsable du programme IOSA pour l’Afrique jusqu’en 2009. Il fut rappelé par les dirigeants d’Air Madagascar en 2011 et exerça comme conseiller technique jusqu’au moment où le gouvernement malgache le sollicite pour diriger l’Aviation Civile de Madagascar.

Voir aussi :

 

 

 



TAUX IATA

Juin 2014 :

  • 1 USD = 2 431,400Ar
  • 1 USD = 0,735 Euro

Délai des Redevances : 15 Juillet 2014

Réf. : Arrêté interministériel n° 18835/2006 du 02/11/2006 et Circulaire N°2 – ACM/DG/Cir du 20/11/2006

Historique

 

Re-certification pour MTA

« Le meilleur de nous-même pour la sécurité ». Ceci est le slogan que l’ACM a adopté afin de se donner une identité pour la motivation de ses employés et la création d’une image de confiance auprès d’autres organisations et du public. Cette devise est affichée sur tous les documents officiels de l’ACM et met en valeur la mission de l’ACM. La mission primaire de l’ACM est d’agir en tant que régulateur de l’aviation civile, donc de faciliter le développement du transport aérien. En vue d’accomplir sa mission, il est primordial pour l’ACM d’avoir des visions clés, telles que d’assurer et de garantir la sécurité dans l’industrie de l’aviation civile, définir et appliquer les réglementations de l’aviation civile, et contrôler l’application de ces réglementations.

Le vendredi 20 juillet 2014 dernier, Aviation civile de Madagascar, en la personne de son nouveau Directeur Général, James ANDRIANALISOA, assisté de l'équipe managériale au grand complet, a remis à la compagnie aérienne privée Madagascar Trans Air (M T A) la fameuse attestation de re-Certification tant voulue et recherchée par toutes compagnies opérant dans l'espace aérien malagasy. Désormais, les appareils de M T A peuvent sillonner non seulement le ciel national mais aussi et surtout l'espace régional sous la responsabilité d'A C M.
Il faut dire que c'est la première du genre, après les différentes mesures de suspension et de dérogation accordées par l'autorité aérienne, pour pallier les évacuations sanitaires vers les autres pays de cette zone-ci de l'Océan Indien. Certes les autres compagnies pouvaient toujours opérer sur le territoire national mais il leur était absolument interdit de « s'exporter ». Avec cette re-certification, M T A est conjoncturellement la seule à pouvoir se rendre au-delà des mers malagasy.
Dans son discours, le Directeur Général d'A C M a souligné, même insisté lourdement, sur l'importance et la portée économique de cette remise d'attestation, dans la mesure où ce n'est qu'un début au regard des dix autres compagnies évoluant dans le secteur. Il ne tient qu'à ces derniers de répondre, remplir, et satisfaire rapidement aux différentes conditions tant techniques, administratives que financières pour obtenir ce fameux sésame.
Il a, en outre, profité de l'occasion qui lui était donné pour rappeler à l'assistance qu' ACM n'a pas procédé à la suspension de gaieté de cœur, ni dans un esprit quelconque de favoritisme envers telle ou telle autre compagnie. Mais en tant qu'autorité de régulation et de contrôle, elle se devait de remettre au plus vite aux normes internationales le monde aérien malagasy, tant dans sa régularité que sa permanence, voire d'un retour à la discipline. En effet, il était de notoriété publique que certaines compagnies se complaisaient dans la demande dérogatoire, en particulier dans le domaine de l'évacuation sanitaire, pour « oublier » leurs obligations légales principales.
Il est alors à souhaiter que les autres compagnies suivent sans délai l'exemple M T A pour se voir délivrer à leur tour la re-certification.

 

Bienvenue

Recherche

Ressources

Taux IATA

Compteur de Visite